L’addiction à internet : mythe ou réalité

Une addiction se caractérise par une dépendance à l’égard d’une drogue. Dans ce cas de figure, il s’agit de l’addiction à internet. Le fait de ne pas pouvoir se passer d’internet ou d’une activité précise sur internet est un phénomène qui prend de l’ampleur. Beaucoup se demandent s’il est réellement possible d’être dépendant d’internet ou si cela représente une maladie en soi.

En effet, l’addiction à internet se définit par une consommation minimale de quatre (4) heures par jour du média internet. Bien entendu plus d’un n’est pas de cet avis, puisqu’il est possible de passer bien moins de temps sur internet et pourtant rester complètement obsédé par ce qu’on peut y faire. Plus surprenant encore c’est que cette addiction n’est pas tant la consommation du média en lui-même. Elle peut se caractériser par l’activité qu’on mène en étant sur internet. C’est le cas des jeux en ligne, des sites pornographiques…

Il est encore facile de douter de la pertinence liée à ce phénomène quand on observe d’un peu plus près le comportement sur Internet. Un jeune qui passe son temps à envoyer des messages textes n’est pas considéré comme un addict puisqu’il ne le fait pas sur Internet contrairement à son camarade qui mène la même activité sur Facebook.

La censure d’internet dans le monde

Le cyber-espace est un espace caractérisé par une liberté relative. Les informations y circulent en temps réel d’un point à l’autre bout du monde. Pour certaines organisations notamment des gouvernements, l’internet est considéré comme un danger dont il pouvait se débarrasser définitivement s’ils le pouvaient. A défaut de le supprimer, ils lui imposent des censures dont les modalités varient d’un régime à un autre.

La censure est présente partout

L’internet est traqué en permanence par des prédateurs qui veulent le mettre hors d’état de nuire. En effet, selon que des gouvernements tiennent à préserver coûte que coûte leurs idéologies politiques, religieuses ou idéologiques, ils empêchent leurs citoyens à avoir accès à des informations contradictoires qui pourraient conduire leurs citoyens à remettre leurs dogmes. En Corée du Nord par exemple l’accès à internet est élitiste, très contrôlé et animé essentiellement par un intranet national. Il en de même de la Chine qui elle empêche ces citoyens d’accéder à certains moteurs de recherche et en supprimant certains mots-clés. La Turquie est le mauvais élève européen qui traque sans relâche les journalistes blogueurs. On reproche aussi à la France et à d’autres pays du monde libre de porterparfois atteinte à la liberté de presse ou d’expression à travers des censures temporaires.

Des pays tristement classés

Reporters sans frontières a même publié la liste des pays ennemis d’internet au nombre desquels nous dénombrons l’Arabie saoudite, le Bahreïn, Cuba, l’Iran, la Syrie. D’autres sont dits sous surveillance tels que l’Égypte, l’Inde, la Malaisie, la Russie, les Emirats arabes unis, l’Erythrée, etc.

Toutefois, une seule alternative s’offre aux internautes qui peuvent contourner toute forme de censure grâce aux systèmes des VPN qu’on peut installer sur les smartphones.

Impact de l’internet sur l’éducation

Aujourd’hui, internet est un véritable phénomène de société qui occupe une grande place dans le quotidien des gens. Bien qu’il suscite l’enthousiasme de certains parents et éducateurs, l’internet est également considéré comme un danger permanent qui menace les enfants et les jeunes apprenants.

Internet : un danger pour l’éducation

Avec la démocratisation des différents outils de communication (ordinateur, tablette, smartphone, montre connectée, …), l’internet est devenu accessible à un grand nombre de jeunes qui y passent des heures et des heures.

La conséquence c’est que la jeunesse passe plus de temps à se divertir sur internet qu’à acquérir de nouvelles connaissances. La lecture elle, est pratiquement reléguée au dernier rang des activités. Ainsi, le plus grand réseau mondial incite les jeunes à faire preuve de paresse intellectuelle (recherche peu poussée, plagiat de document…). Certains sites peu orthodoxes créent également des troubles psychiques et comportementaux chez les adolescents.

La face claire de l’outil

Mais tout ne peut pas être peint en noir puisque avec internet la jeunesse peut partager plus rapidement une information ou une connaissance. Dans les pays développés, internet reste le levier indispensable dans la transmission des connaissances et l’apprentissage des élèves. Ce qui reste un rêve loin pour la jeunesse des pays pauvres.

Internet : Facteur de développement

Internet est aujourd’hui un moyen incontournable dans les domaines de la communication, du transfert de données, de prestations de services et plus encore. A observer de plus près aujourd’hui les pays émergents, on se rend compte qu’une grande masse de la consommation d’internet y a son point d’origine. Ceci est compréhensible et s’explique par le fait des multiples possibilités qu’offre cet outil. La fluidité dans les services administratifs, la décentralisation de ces services, la création d’emplois, l’échange de services, l’expansion du commerce digital sont tous des réalisations effectives et concrètes uniquement grâce à l’outil internet. En d’autres termes, internet permet une redynamisation de l’économie numérique et par conséquent de l’économie globale.

Tous ces changements contribuent à la hausse du PIB d’un pays. N’oublions pas non plus que depuis l’avènement d’internet, la vitesse de diffusion de l’information entre les personnes, les peuples, les entreprises et aussi les nations s’est vue multipliée de manière exponentielle.

En outre, on ne peut parler de développement sans un tant soit peu se référer au développement social d’un peuple. Les technologies de l’information et des communications sont un vrai facteur d’intégration et de cohésion sociale. Surtout avec la montée en puissance des réseaux sociaux et autres plateformes de divertissement.

Même si une partie de l’opinion publique voit cet outil comme un élément de dérive pour la jeunesse, cela n’empêche pas les états du monde entier d’œuvrer pour un accès plus fluide à internet. Ce monde virtuel permet de connecter des milliers de personnes à travers le monde et de favoriser le libre échange d’idées et de cultures. Le Géant américain du web Google l’a si bien compris ; c’est pourquoi l’entreprise a mis en place un projet qui a pour objectif de connecter les peuples à ce grand réseau virtuel mondial.